Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Réactions palestiniennes à la mort d’Abou Abbas, le « grand dirigeant national (...)

Réactions palestiniennes à la mort d’Abou Abbas, le « grand dirigeant national »

MEMRI

dimanche 28 mars 2004
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Suite au décès de Mohammed Abbas (dit Abou Al-Abbas), Secrétaire général du Front de libération de la Palestine (PLF) (1) dans une prison américaine de Bagdad, les médias palestiniens lui ont rendu hommage, le qualifiant de « grand dirigeant national »

Certains de ces hommages, et en particulier ceux des membres du PLF, accusent les Américains de l’avoir tué et appellent à la vengeance ; l’un d’eux comporte un appel à assassiner le président Bush . Selon un responsable du bureau du représentant palestinien de Bagdad, la dépouille d’Abbas est arrivée en Syrie le 23 mars 2004 pour l’enterrement. (2) Voici quelques extraits des réactions palestiniennes à la mort d’Abou Abbas :


La direction palestinienne

Le président de l’Autorité palestinienne Yasser Arafat a ainsi regretté Abou Al-Abbas dans une annonce de la direction palestinienne : « La direction palestinienne dit ses adieux à un combattant exceptionnel, un dirigeant national qui a passé sa vie au service de son peuple et de sa patrie. » (3) Les médias palestiniens rapportent en outre qu’Arafat a reçu les condoléances pour la mort d’Abou Al-Abbas dans son bureau présidentiel de Ramallah. (4)

Un communiqué du Fatah précise : " Le Fatah annonce le décès du grand leader national, le shahid [martyr] Mohammed Abbas - Abou Al-Abbas -, Secrétaire général du Front de libération de la Palestine, mort en martyr dans une prison américaine à Bagdad dans des circonstances floues. Le Fatah appelle d’urgence à l’ouverture d’une enquête sous surveillance internationale, d’autant plus qu’Abou Abbas était détenu dans des conditions dangereuses et inhumaines qui ont directement porté atteinte à sa vie (…)

Notre engagement demeure tel quel, et notre vœu garde toute son actualité. Nous continuons notre marche sur le chemin de la révolution et d’une juste lutte nationale, jusqu’à la victoire et jusqu’à ce qu’un Etat indépendant de Palestine ayant Jérusalem pour capitale soit créé. Au Paradis éternel, ô notre shahid et héros Abou Al-Abbas ! " (5)

Des notices nécrologiques ont été publiées par plusieurs hauts responsables palestiniens, dont Rachid Abou Shbak, chargé de la Sécurité préventive pour Gaza. Shbak a exprimé sa profonde tristesse « à l’occasion de la mort du grand combattant national. » (6)

Saad Tawfiq Bsisso, directeur général du ministère de l’Information de l’Autorité palestinienne, a appelé à la création d’un comité international chargé d’enquêter sur les circonstances de la mort d’Abou Al-Abbas. (7)


Autres organisations palestiniennes

Les forces nationales islamiques ont également publié un communiqué, promettant de suivre les pas d’Abou Al-Abbas : « Le martyre d’Abou Al-Abbas ne fera qu’intensifier la détermination nationale et islamique de notre peuple à poursuivre sa lutte en suivant sa voie et à s’attacher aux buts pour lesquels le grand commandant a connu le martyre. » (8)

L’organisation d’Abbas, le Front de libération de la Palestine, a manifesté une intention similaire, appelant à la création d’un comité médical « exposant les circonstances du martyre » de son Secrétaire général, ajoutant : " Nous adressons aujourd’hui nos adieux à notre commandant et Secrétaire général, le shahid Abou Al-Abbas, qui a joué un rôle central dans l’histoire du combat palestinien pendant 40 ans, de sa jeunesse à son martyr. Il a participé aux diverses étapes du combat national, en formant le front de bataille et en le dirigeant (…)

Abou Al-Abbas a défendu le droit de se battre de son peuple et celui d’exiger [la reconnaissance de] ses droits et la souveraineté sur sa terre et sa patrie. Nous promettons au commandant shahid de continuer sur sa voie, et nous promettons d’être fidèles à son sacrifice. Nos positions, qui continueront de vivre dans notre conscience et celle de tous les fils de notre peuple, seront une torche éclairant notre chemin jusqu’à ce que les objectifs de notre peuple soient atteints : le retour et la création d’un Etat palestinien indépendant ayant Jérusalem pour capitale. " (9)

Dr Wasel Abou Youssef, membre du bureau politique du Front de Libération de la Palestine, dont il est également porte-parole, a déclaré : « Notre Front est fier de présenter son secrétaire général et son grand commandant fondateur comme un martyr tombé sur l’autel de la liberté, de l’unité et de la conscience commune. »

Abou Youssef a reproché à l’Administration Bush la mort d’Abou Al-Abbas : « Le gouvernement Bush et sa politique agressive contre notre peuple et notre foi (…), qui se manifeste par l’agression et l’oppression de l’occupation, sont entièrement responsables du martyre d’Abou Al-Abbas dans la prison où il a été détenu en otage sans aucune raison ni prétexte, sans être accusé de quoi que ce soit et sans procès. » (10)

Dans un entretien de l’hebdomadaire arabe israélien Kol Al-Arab , Abou Yousefagain a accusé les Américains de la mort d’Abou Al-Abbas, précisant que trois jours avant son martyre, Abou Abbas lui avait envoyé une lettre via la Croix rouge, précisant que sa santé était bonne. Cela, souligne-t-il, « nous laisse penser que les Américains ont commis un crime odieux et l’ont tué (…) »

Abou Youssef ajoute : « Ce crime odieux est de persister dans la guerre totale menée par les forces d’occupation contre notre peuple et ses dirigeants ; plusieurs de nos dirigeants ont été assassinés et d’autres sont détenus, tandis le président Arafat et son peuple palestinien sont assiégés dans des ghettos isolés. » (11)

Mohammed Zeidan, qui a confié au quotidien Al-Sharq Al-Awsat , édité en arabe à Londres, qu’il avait été le compagnon et confident d’Abou Al-Abbas, a émis le désir que la réaction à son « assassinat » soit l’assassinat du président George Bush : « Abou Al-Abbas comptait plus pour moi que mon foyer ou ma femme. J’ai passé les plus beaux jours de mon combat pour la Palestine à ses côtés, et c’est de lui que j’ai appris la résistance et la patience. » Il ajoute : « Si l’on me charge d’exécuter cette mission, je n’hésiterai pas. Puisque je n’ai pas réussi à racheter Abou Al-Abbas au cours de sa vie, je le rachèterai dans sa mort. » (12)


Les journalistes palestiniens

Les journalistes palestiniens ont également évoqué la mort d’Abou Al-Abbas. Le directeur général du bureau du ministère de la Culture, Ahmed Dahbour, écrit dans un article du quotidien de l’Autorité palestinienne Al-Hayat Al-Jadida  : « Abou Al-Abbas choisissait des moyens originaux, hors du commun, pour atteindre la Palestine, comme le deltaplane, la montgolfière ou le canot, et a ainsi réussi à exécuter des opérations de qualité. Et finalement elle lui est venue à l’esprit, la folle idée qui a fait l’effet d’une tempête : détourner un grand paquebot italien, le Achille Lauro - en partance pour Haïfa (…) » (13)

Dans un hommage à Abou Al-Abbas paru dans le quotidien de l’Autorité palestinienne Al-Hayat Al-Jadida, l’intellectuel Mohammed Aloush écrit : « (…) Avec la mort d’Abou Al-Abbas, nous avons perdu l’un des symboles de la lutte des Palestiniens, qui n’acceptent pas les dictats et demeurent loyaux à la libération [de la Palestine] et à la résistance contre l’occupation. Abou Al-Abbas restera l’un des fondements nationaux palestiniens, l’une des principales racines du rêve qui finira par devenir réalité, tôt ou tard : la création d’un Etat palestinien souverain indépendant avec Jérusalem pour capitale, et une juste solution au problème des réfugiés, incluant le droit de retour (…) » (14)

[1] <http://www.memri.org/bin/#_ednref1> Abou Al-Abbas est connu pour avoir commandité le détournement du paquebot italien de luxe Achille Lauro en 1985, au cours duquel Léon Klinghoffer, un Américain âgé ne se déplaçant que sur chaise roulante, a été abattu d’une balle et lancé par-dessus bord.

[2] <http://www.memri.org/bin/#_ednref2> ArabicNews.com, le 23 mars 2004.

[3] <http://www.memri.org/bin/#_ednref3> Al-Hayat Al-Jadida (Autorité palestinienne), le 11 mars 2003.

[4] <http://www.memri.org/bin/#_ednref4> http://www.wafa.pna.net?body.asp?fi... <http://www.wafa.pna.net/?body.asp?f...> Selon un rapport du quotidien israélien Yediot Aharonot (15 mars 2004), trois membres de la Knesset appartenant au parti Balad, dont le leader Dr Azmi Bishara, ont offert leurs condoléances à Yasser Arafat pour la mort d’Al-Abbas. La presse palestinienne, qui évoque la rencontre entre Bishara et Arafat, ne mentionne toutefois pas ces condoléances.

[5] <http://www.memri.org/bin/#_ednref5> www.alkrama.com/statement/statments... <http://www.alkrama.com/statement/st...> A Bethlehem, une manifestation intervenue suite à un appel du Comité national islamique d’urgence et du club des prisonniers du district de Bethlehem, a appelé à la création d’un comité indépendant d’enquête sur les circonstances de la mort d’Abou Al-Abbas. Al-Ayyam (Autorité palestinienne), le 13 mars 2004.

[6] <http://www.memri.org/bin/#_ednref6> Al-Ayyam (Autorité palestinienne), le 12 mars 2004.

[7] <http://www.memri.org/bin/#_ednref7> Al-Hayat Al-Jadida (Autorité palestinienne), le 12 mars 2004.

[8] <http://www.memri.org/bin/#_ednref8> Al-Hayat Al-Jadida (Autorité palestinienne), le 12 mars 2004.

[9] <http://www.memri.org/bin/#_ednref9> Al-Hayat Al-Jadida (Autorité palestinienne), le 11 mars 2004.

[10] <http://www.memri.org/bin/#_ednref10> Al-Hayat Al-Jadida (Autorité palestinienne), le 11 mars 2004.

[11] <http://www.memri.org/bin/#_ednref11> Kol Al-Arab (Israël), le 19 mars 2004. En outre, Omar Shibli, adjoint d’Abou Abbas, souligne que les Etats-Unis sont responsables de la mort d’Abou Al-Abbas. Dans un entretien affiché sur www.albawaba.com <http://www.albawaba.com/> , Shibli précise : « Le Front de libération de la Palestine continuera de faire porter aux forces américaines la responsabilité du martyre d’Abou Al-Abbas et établira un comité d’enquête international pour obtenir une réponse finale à ce qui est arrivé, bien qu’il soit clair qu’il a été tué alors qu’il était détenu et isolé par les Américains à Bagdad. » www.albawaba.com/news/printArticle.... <http://www.albawaba.com/news/printA...>

[12] <http://www.memri.org/bin/#_ednref12> Al-Sharq Al-Awsat (Londres), le 13 mars 2004.

[13] <http://www.memri.org/bin/#_ednref13> Al-Ayyam (Autorité palestinienne), le 13 mars 2004.

[14] <http://www.memri.org/bin/#_ednref14> Al-Hayat Al-Jadida (Autorité palestinienne), le 21 mars 2004.

L’Institut de Recherche des Médias du Moyen-Orient (MEMRI) est une organisation indépendante à but non lucratif qui traduit et analyse les médias du Moyen-Orient. Des copies des articles et autres documents cités, ainsi que toute information d’ordre général, sont disponibles sur simple demande.

The Middle East Media Research Institute (MEMRI),

e-mail : memri.eu memri.org.uk  memri.org.uk>

site web : www.memri.org/french


MEMRI détient les droits d’auteur sur toutes les traductions. Les textes ne peuvent être cités qu’avec mention de la source


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette