Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > La mort de Cheikh Yassine est une bonne nouvelle du point de vue de la (...)

La mort de Cheikh Yassine est une bonne nouvelle du point de vue de la lutte anti-terroriste

Hypocrisie autour de la mort de Cheikh Yassine

European Strategic Intelligence And Security Center (Esisc)

mardi 23 mars 2004
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

De l’ONU au Vatican, en passant par la France, la Ligue arabe, le Kremlin et l’Union européenne (à la notable exception de l’Allemagne), le monde entier s’est répandu, hier, en émouvantes lamentations sur le décès de Cheikh Ahmed Yassine, guide idéologique du Hamas. Ainsi, pour Kofi Annan, secrétaire général de l’ONU, « semblables actes sont contraires au droit international », tandis que pour le Vatican, de tels actes ne peuvent se justifier « dans
aucun Etat de droit ».

Pour un peu, devant tant de sympathies exprimées à l’heure de son grand passage, on pourrait confondre Cheikh Yassine avec un quelconque humaniste dont la perte serait irréparable pour l’humanité souffrante.

Devant tant d’hypocrisie, nous voudrions rétablir quelques faits simples.

Certes, nous comprenons ˆ ou espérons ˆ que la plupart des larmes versées hier sont des larmes de crocodiles, justifiées par le fait que les dirigeants de la planète craignent une nouvelle escalade au Proche Orient. Mais le choix des mots, comme l’unanimisme qui s’est dégagé à l’occasion de la mort de Cheikh Yassine ont de quoi troubler. Voire choquer.

Car le Hamas est une organisation terroriste ˆ d’ailleurs reconnue comme telle par les Etats-Unis et l’Union européenne -, c’est-à-dire un ramassis d’assassins, et Cheikh Yassine était le « terroriste numéro 1 » de cette organisation.

Le Harakat al-Moukawama Islamiya, ou Mouvement de la Résistance islamique, mieux connu sous l’acronyme de « Hamas », avait été créé au cours de la première Intifada et ses positions politiques étaient connues et peuvent se résumer en trois points essentiels :

  • Rejet de l’existence d’Israël ;
  • Opposition au processus de paix ;
  • Nécessité d’établir un Etat islamique sur le territoire de la Palestine libérée.

Du point de vue plus pratique, ce programme sans concession avait fait du HAMAS ˆ qui entretient, par ailleurs, comme bien des organisations islamistes, d’importants réseaux d’action sociale ˆ l’une des deux organisations terrori-stes les plus meurtrières de la région, avec le Djihad Islamique palestinien : depuis le 19 octobre 1994 (21 morts et 47 blessés dans un attentat dirigé contre un bus à Tel-Aviv), le Hamas s’était rendu coupable de dizaines d’attentats ayant entraîné la mort de centaines de personnes et mutilé des
centaines d’autres.

Le maître d’œuvre de cette terreur, son inspirateur principal, était Cheikh Ahmed Yassine.

Nous ne nions pas les qualités que l’homme pouvait avoir par ailleurs : sa grande honnêteté, son refus du faste, sa modestie, son savoir étaient pour beaucoup dans son charisme naturel. Mais ce charisme et ces qualités avaient été mis au service de la mort. Ayant vécu par l’épée, il a péri par l’épée.

Nous voudrions également souligner un point qui nous semble important. Une fois de plus, la pratique des « éliminations ciblées » a été dénoncée. Ici aussi, nous discernons une grande dose d’hypocrisie.

Tout d’abord, Israël n’est pas le seul pays démocratique à pratiquer ce type d’élimination. Quand les services spéciaux américains tirent un missile, au Yémen, sur un véhicule transportant des responsables d’Al Qaïda, de quoi s’agit-il donc, si ce n’est d’une « élimination ciblée » ? Et que dire de certaines opérations passées des services secrets français ou britanniques ?

Le problème, une fois de plus, est que l’on dénie à Israël des droits que l’on reconnaît à d’autres pays.Ainsi,confrontée à un terrorisme sanglant qui frappe à peu près exclusivement les civils, la nation israélienne ne peut pratiquer les frappes ciblées mais elle est aussitôt mise en accusation quand elle lance une offensive de grande envergure contre les organisations armées, comme ce fut le cas, dans le passé, à Jénine. Mais elle ne peut non plus construire
une clôture de sécurité pour empêcher le passage des poseurs de bombes (alors que personne ne proteste contre la clôture édifiée à la frontière mexicaine par le gouvernement américain pour contenir l’immigration clandestine).

Ne pouvant ni passer à l’offensive, ni pratiquer l’élimination des chefs terroristes, ni même se protéger passivement, la population Israélienne doit-elle se laisser mener à l’abattoir pour satisfaire la soif de « justice » du monde ?

Cette politique du « deux poids deux mesures » est insupportable d’hypocrisie.

Pour terminer et afin d’être parfaitement compris par tous, nous voulons répéter ce que nous croyons :

  • Seul le règlement politique de la question palestinienne permettra d’amener la paix au Proche Orient ;
  • Ce règlement passe par l’existence de deux Etats indépendants et souverains et, donc, d’importantes concessions mutuelles ;
  • Au nombre de ces concessions, nous considérons que l’évacuation des colonies est inévitable et qu’elle est souhaitable le plus rapidement possible ;

Mais Israël, comme tout pays, garde le droit régalien de se protéger du terro-risme,et l’élimination d’un dirigeant terroriste, même « ciblée », nous paraît nettement au moins aussi justifiable,et certainement plus « rentable » que celle de simples exécutants manipulés et fanatisés par des chefs qui ne peuvent envoyer d’autres semer la mort en espérant que leur statut « politique » les protègera.

Ajoutons enfin que Cheikh Yassine,avant que son nom soit porté sur la « liste » des éliminations programmées, avait été prévenu. A de multiples reprises. Comme sont prévenus d’autres chefs terroristes qui, demain, tomberont à leur tour. Ainsi pratique, depuis trente ans, l’Etat hébreu.

Dans ce contexte, oui, nous considérons que la mort de Cheilh Ahmed Yassine, maître de la terreur et porteur d’un projet politico-religieux qui ne laisse aucune place à la démocratie est une bonne nouvelle.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette