Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Le Hezbollah n’a pas intérêt à enflammer le front libanais

Le Hezbollah n’a pas intérêt à enflammer le front libanais

Ramzi Haidar AFP

samedi 3 janvier 2009
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Le Hezbollah libanais, bête noire d’Israël à l’instar du Hamas, s’est investi jusqu’à présent dans un soutien moral à la bande de Gaza mais ne devrait pas voler à son secours ni ouvrir un front à la frontière avec l’Etat hébreu, estiment des analystes. Plus de deux ans après le conflit dévastateur entre le « parti de Dieu » et l’Etat hébreu, « le Hezbollah n’est pas dans une position lui permettant de supporter le fardeau d’une deuxième guerre », affirme Paul Salem, du Centre Carnegie pour le Moyen-Orient.

Jusqu’à présent, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a multiplié les discours d’appui au Hamas, dont il partage la politique de « résistance » contre Israël et le soutien indéfectible de l’Iran et la Syrie, mais rien dans ses paroles n’évoque un éventuel soutien militaire.

« Bien que le Hezbollah considère la Palestine comme une cause centrale, il serait naïf de penser que le parti va attaquer Israël en représailles » aux événements à Gaza, affirme Amal Saad-Ghorayeb, experte du puissant mouvement armé.

« Même s’il en a l’intention et les moyens, il est difficile pour le mouvement d’aider le Hamas directement, pour des raisons logistiques et géographiques », explique M. Salem.

Seul groupe armé ayant été capable de tenir tête à Israël, le Hezbollah aurait, selon Israël, « triplé sa puissance de feu » depuis la guerre de 2006 et disposerait de 42.000 missiles pouvant atteindre Tel-Aviv voire au-delà.

Mais, malgré l’annonce par Nasrallah dimanche que son mouvement était prêt à faire face à toute attaque israélienne, il ne semble pas que le Hezbollah soit disposé à s’aventurer sur ce terrain, pour des raisons internes.

« Un front libanais serait désastreux car le pays et notamment le sud et la banlieue sud de Beyrouth », fiefs du Hezbollah durement touchés en 2006, « sont encore en train de se relever » de la dernière guerre, indique Mme Saad-Ghorayeb.

« Une partie des Libanais sont déjà contre toute initiative armée du Hezbollah, mais cette fois-ci, s’il déclenche une offensive, ce sera très mauvais pour lui vis-à vis du public acquis à sa cause », explique M. Salem.

La majorité parlementaire antisyrienne insiste pour que l’Etat libanais ait le monopole des armes et des décisions de guerre et de paix, le Hezbollah étant le seul groupe libanais à ne pas avoir déposé ses armes après la fin de la guerre civile (1975-1990).

Le parti chiite estime lui nécessaire de conserver son arsenal pour protéger le pays contre Israël.

Cette question épineuse est au centre de réunions de « dialogue national » consacré à l’examen de la stratégie de défense nationale.

« Si le Hezbollah provoque soudain une escalade, ses rivaux pourront s’en servir comme argument » pour exiger son désarmement, affirme Mme Saad Ghorayeb. Selon les analystes, le Hezbollah ne souhaiterait pas davantage une confrontation avec l’armée libanaise, déployée dans le sud après la guerre de 2006 pour la première fois depuis 30 ans.

Toutefois, le Hezbollah pourrait bien justifier des représailles en cas d’attaque israélienne.

Selon l’experte, le parti ne manque pas de prétextes pour passer à l’action, comme le projet de « venger » son leader assassiné en 2008, Imad Moughnieh. Mais, pour l’heure, il adopte une tactique d’attaque médiatique contre les pays arabes alliés de Washington.

M. Nasrallah a accusé certains d’entre eux et notamment l’Egypte de « complicité » avec Israël après le déclenchement des raids contre Gaza.

Alors que l’offensive se poursuit, « le Hezbollah pourrait en sortir renforcé comme force de résistance populaire, de même que la Syrie et l’Iran du point de vue politique, si Israël perd », indique Walid Charara, co-auteur de l’ouvrage « Le Hezbollah : un mouvement islamo-nationaliste ».

En revanche, si l’Etat hébreu « gagne, cela représentera un danger pour le Liban à long terme, car cela signifierait qu’il a trouvé un moyen de contrer la stratégie de guérilla urbaine développée par le Hezbollah et adoptée par le Hamas », prévient M. Salem.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Articles associés

Hezbollah
Manœuvres stratégiques importantes pour le Hezbollah - janvier 2010
L’échange de tirs entre Israël et le Liban se poursuit - mai 2006
Liban : leve de boucliers contre un rapport de HRW sur la guerre de 2006 - août 2007
Le leader du Hezbollah critique l’opposition syrienne, soutient le régime - décembre 2011
Rencontre entre M. Gouasmi (Parti Anti Sioniste) et M. Nasrallah (Hezbollah) - janvier 2010
Israël refuse de négocier des restes de ses soldats avec Nasrallah - janvier 2008
Tsahal dénonce les propos « cyniques et méchants » de Nasrallah - janvier 2008
Le Hezbollah n’est plus un paria ! - avril 2009
Un hebdomadaire égyptien sur les milices d’enfants armés du Hezbollah - septembre 2006
Une démonstration de force du Hezbollah, avec de Hassan Nasrallah en public, pour la première fois depuis deux ans - janvier 2008
Opération « Oferet Yetsouka » (Plomb durci)
Israël va annoncer un cessez-le-feu unilatéral à Gaza - janvier 2009
Des enfants pris pour boucliers humains - mars 2010
Preuves de l’exploitation par le Hamas des civils comme boucliers humains - février 2009
Le CCOJB dénonce l’adoption du rapport Goldstone par le Conseil des droits de l’homme - octobre 2009
La réponse du ’Hamas dans son rapport à Goldstone est abjecte - Témoignage - janvier 2010
Revoir le brusque sursaut de conscience journalistique de Pujadas & F2 - octobre 2009
SCOOP JSS : Gilad Shalit libéré ?! (mis à jour 19h50) - janvier 2009
La bêtise n’est pas une fatalité - janvier 2009
Résoudre le « problème palestinien » - janvier 2009
Le président syrien Bachar al Assad juge « mort » le plan de paix arabe et rompt avec Israël - janvier 2009

Ce Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française a pour thème, ’la montée des violences’. Ce thème aura toujours accompagné l’histoire de l’humanité. Violences politique, religieuse, sociale, économique, voire même discursive, les humains n’auront cessé de se faire violence, et ce même lorsqu’ils prétendaient l’éradiquer en cherchant à dispenser le bien. Cette relance du Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française apporte une attention toute particulière à ce qu’il convient de nommer une résurgence de la violence affectant aujourd’hui les communautés juives de France et d’Europe.


Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette