Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Tsahal masse des troupes le long de la frontière avec la bande de (...)

Tsahal masse des troupes le long de la frontière avec la bande de Gaza

Revue de la presse israélienne du service de Presse de l’ambassade de France en Israël

lundi 29 décembre 2008
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

L’aviation israélienne a poursuivi hier ses raids dans la bande de Gaza, visant plus de cent cibles différentes, rapporte le Haaretz. Selon des sources palestiniennes, quarante-trois personnes ont été tuées lors de ces attaques, et le bilan palestinien s’élève à trois cents personnes depuis le début de l’opération « plomb durci », samedi dernier.

La deuxième journée de l’opération a été notamment marquée par une offensive aérienne intensive contre les tunnels qui servent à la contrebande le long de « l’axe Philadelphie », la frontière entre la bande de Gaza et l’Egypte. Quarante avions de combat ont simultanément bombardé et détruit une quarantaine de ces tunnels lors d’une action conjuguée qui, à l’instar de deux grands raids qui ont ouvert, samedi, l’opération « plomb durci », n’a duré que quatre minutes.

Suite à ce raid, des habitants de Rafah ont forcé la frontière et pénétré du côté égyptien de la ville avant d’être éloignés par les tirs des soldats égyptiens. Selon le Yediot Aharonot, l’armée égyptienne n’a pas hésité à tirer un missile anti-char sur la foule palestinienne, faisant un mort et une dizaine de blessés. Plus tard, indique le Haaretz, le poste-frontière de Rafah a été ouvert momentanément pour permettre l’évacuation de blessés vers des hôpitaux égyptiens.

Les autres cibles attaquées hier étaient pour la plupart situées dans la ville de Gaza, où ont notamment été visés le bureau du chef du gouvernement du Hamas, Ismaïl Haniyeh, qui est lui entré en clandestinité ; le quartier général du service de renseignements généraux ; les bureaux du comité olympique ; et enfin la Saraya, quartier général des forces de sécurité du Hamas où se situe également la prison centrale de la bande de Gaza. Dans cette prison étaient incarcérés des prisonniers du Fatah, quatre d’entre eux ont été tués et les autres sont parvenus à s’enfuir. D’autres raids aériens ont touché les zones d’où ont été lancées des roquettes dans le nord de la bande de Gaza et visé des lance-roquettes, un bunker souterrain ainsi que des arsenaux de roquettes.

Les Palestiniens, poursuit le journal, ont riposté par le tir de vingt-sept roquettes et obus de mortier. Au total, au cours des deux derniers jours, cent-quarante projectiles ont été tirés vers le territoire israélien, un nombre bien inférieur aux prévisions de Tsahal. Hier, ont été tirées pour la première fois des roquettes de type amélioré, d’une portée de quarante kilomètres. Deux projectiles de ce type se sont abattus aux abords de la ville d’Ashdod, cinquième ville d’Israël avec plus de 200 000 habitants. Deux roquettes tombées dans le centre-ville d’Ashkelon ont fait six blessés légers.

Aujourd’hui, rapporte le site internet du Haartez, les bombardements israéliens se sont poursuivis de plus belle, visant désormais, parmi de nombreuses autres cibles, les résidences personnelles des dirigeants du Hamas dont Ismaïl Haniyeh. La marine israélienne s’est jointe à l’offensive et cible des installations du Hamas à partir de la mer. Du côté israélien, les salves de roquettes tirées depuis Gaza ont pris de l’ampleur et à 16 heures on faisait état d’une cinquantaine de roquettes tirées sur le Néguev. Ce matin, l’explosion d’une roquette Grad sur un chantier à Ashkelon a fait un mort et une dizaine de blessés, tous des ouvriers arabes israéliens.

Selon le Haaretz, le ministre de la Défense, Ehud Barak, a autorisé hier l’entrée dans la bande de Gaza de vingt-six camions transportant de l’aide humanitaire. Aujourd’hui, le passage d’une soixantaine de camions est envisagé.

Le Maariv rapporte que lors de la réunion du conseil des ministres d’hier, le gouvernement a approuvé la mobilisation, de 6 800 réservistes afin de renforcer le déploiement israélien en vue d’une éventuelle opération terrestre dans la bande de Gaza. Selon le journal, cette mesure a été prise sur la base des estimations présentées aux ministres par le chef d’état-major, Gaby Ashkénazi et par Ehud Barak selon lesquelles l’opération « plomb durci » pourrait durer plusieurs semaines voire des mois. De plus, le gouvernement a décidé de décréter l’état d’urgence dans les zones limitrophes de la bande de Gaza et d’y appliquer les plans d’urgence de la défense civile afin de mieux coordonner les actions des autorités locales.

Yuval Diskin, directeur du service de renseignement intérieur Shabak, a prévenu les ministres que le choc des deux derniers jours passé, le Hamas pourrait surprendre Israël en ayant recours à d’autres moyens que les tirs de roquettes, notamment à des attentats-suicides sur le territoire israélien.

Le Yediot Aharonot reprend pour sa part une information diffusée hier à la télévision égyptienne, selon laquelle le soldat israélien détenu par le Hamas, Guilad Shalit, aurait été blessé lors des bombardements israéliens sur Gaza. En Israël, note le journal, on estime que cette information n’est pas fondée et a été diffusée dans le cadre de la guerre psychologique menée par le Hamas.

Par ailleurs, le Maariv se fait l’écho des contacts diplomatiques autour de l’opération israélienne. Selon le journal, plusieurs chefs de gouvernement et ministres des Affaires étrangères ont proposé à Israël d’œuvrer en vue d’un cessez-le-feu avec le Hamas. Il s’agit notamment des ministres des Affaires étrangères russe, britannique et qatari qui s’en sont entretenus hier au téléphone avec leur homologue israélienne, Tzipi Livni, ainsi que du secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon. Selon le journal, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a exigé l’arrêt de toutes les opérations militaires israéliennes et l’instauration d’un cessez-le-feu. Tzipi Livni s’est également entretenue au téléphone avec ses homologues turc, espagnol et italien, note le journal. Elle a affirmé à ses interlocuteurs que l’opération devait se poursuivre et ne pas s’arrêter avant dR ! 17 ;atteindre son principal objectif : un changement de la situation stratégique face au Hamas.

Mme Livni a également convié les ambassadeurs étrangers postés en Israël à un briefing au cours duquel elle a rejeté les appels au cessez-le-feu. « La seule chose qui pourrait permettre de raccourcir cette opération est d’affirmer clairement le droit d’Israël à se défendre et d’exprimer le soutien de la communauté internationale à Israël face au Hamas. Tel est le message que vous devez faire passer », a-t-elle conclu.

Dans les localités arabes israéliennes, écrit le Haaretz, plusieurs milliers de personnes ont manifesté hier contre l’opération militaire dans la bande de Gaza, s’affrontant parfois violemment aux forces de l’ordre. Des affrontements ont notamment eu lieu à Umm al-Fahm où plusieurs centaines de jeunes ont bloqué la route d’accès à la ville et jeté des pierres vers les policiers Ces derniers ont répliqué par des grenades lacrymogènes. Un véhicule à bord duquel circulait un couple juif a lui aussi été la cible de jets de pierres et ses occupants ont dû être hospitalisés.

A Lod, ville où vivent Juifs et Arabes, de jeunes Arabes ont jeté des pierres vers un autobus. Une passagère a été blessée au visage par des éclats de verre. Dans la soirée, un cocktail Molotov a été lancé vers une voiture à la sortie de l’autoroute 6, sans faire de blessé.

Malgré ces événements, le commandant de la police israélienne, Dudi Cohen, a exclu des affrontements semblables à ceux d’octobre 2000, au cours desquels avaient trouvé la mort treize Arabes israéliens. « Nous avons tous mûri depuis et tiré des leçons. La communauté arabe a des dirigeants responsables », a déclaré M. Cohen qui a appelé les représentants des Arabes israéliens à faire preuve de calme et de retenue.

Le journal ajoute que dans les villes de Cisjordanie, les forces de l’ordre palestiniennes empêchaient hier les manifestants de s’approcher des positions israéliennes. Selon des sources palestiniennes, l’ordre aurait été donné d’empêcher tout affrontement avec les soldats israéliens. Des accrochages ont toutefois eu lieu dans les zones sont contrôle exclusif des forces israéliennes et à Jérusalem-est. A Naalin, à l’ouest de Ramallah, un manifestant a été tué par balles.

Commentaires :

Au troisième jour de l’opération « Plomb durci », écrit Amos Harel dans le Haaretz, on approche de la fin de la première phase de l’opération. Israël doit à présent choisir entre deux options : le lancement d’une opération terrestre dans la bande de Gaza ou la conclusion rapide de l’opération, sans mouvements de troupes importants au sol. Le Hamas, de son côté, devrait multiplier dans les prochains jours les tirs vers Israël et dès hier, le commandement de la défense civile demandait aux habitants des villes de Béer Shéva et de Yavné, situées à plus de trente kilomètres de la bande de Gaza, de ne pas s’éloigner à plus d’une minute des espaces protégés.

Dans les prochains jours on saura si la concentration de forces terrestres autour de la bande de Gaza vise uniquement à intimider le Hamas ou à envahir partiellement la bande de Gaza. Le gouvernement israélien diffuse en effet des messages contradictoires en évoquant plusieurs semaines de tirs de roquettes et en fermant les écoles dans les localités proches de la bande de Gaza mais en ne mobilisant qu’un nombre limité de réservistes alors qu’une opération terrestre d’envergure nécessitera plusieurs divisions. On peut cependant parier qu’une opération terrestre aura lieu, en fin de compte, ne serait-ce que pour ne pas laisser croire qu’Israël n’ose pas, engager de troupes terrestres, après la deuxième guerre du Liban.

Il n’est pas certain que l’ensemble des dirigeants israéliens soient complètement d’accord sur les suites à donner à l’opération et il semble qu’Ehud Olmert et Tzipi Livni sont plus favorables à une opération de longue durée que ne l’est Ehud Barak, note le quotidien. Mais les événements à venir dépendent aussi en grande partie du Hamas. Il est possible que le nombre relativement faible de roquettes tirées hier par l’organisation soit le résultat de la surprise causée par l’attaque israélienne. Il se pourrait aussi que le beau temps d’hier, qui les rend trop facilement visibles, ait découragé les tireurs de roquettes. Mais il ne faut pas exclure une diversion de la part du Hamas qui pourrait préparer une contre-attaque.

Pour Ofer Shélah du Maariv, Israël doit aspirer à punir lourdement le Hamas afin de faire comprendre ce qui, du point de vue israélien, est inacceptable. « Demander plus, promettre plus, risquerait d’empêcher de parvenir cet objectif en grande partie déjà atteint », estime le commentateur./.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Ce Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française a pour thème, ’la montée des violences’. Ce thème aura toujours accompagné l’histoire de l’humanité. Violences politique, religieuse, sociale, économique, voire même discursive, les humains n’auront cessé de se faire violence, et ce même lorsqu’ils prétendaient l’éradiquer en cherchant à dispenser le bien. Cette relance du Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française apporte une attention toute particulière à ce qu’il convient de nommer une résurgence de la violence affectant aujourd’hui les communautés juives de France et d’Europe.


Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette