Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Comparaison n’est pas raison

Comparaison n’est pas raison

par David Ruzié, professeur émérite des universités, spécialiste de droit international

mercredi 22 octobre 2008
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Le porte parole du Quai d’Orsay a été interrogé, à nouveau, mercredi 22 octobre, sur la situation de Salah Hamouri, ce « franco-palestinien » qui a été condamné, en mars dernier à 7 ans de prison, pour avoir été impliqué dans un projet visant à assassiner Ovadia Yossef, chef spirituel du parti Shass. Nous avons, déjà, en décembre dernier, ici même, souligné l’indécence qu’il y avait à vouloir assimiler le cas de cet apprenti terroriste avec celui de Guilad Shalit, soldat kidnappé par des terroristes (notre point de vue du 12 décembre 2007 : Un peu de décence).

A l’époque l’intéressé était encore en détention préventive et l’Association France Palestine Solidarité (AFPS) avait déjà lancé, sans grand succès, une campagne visant à mobiliser l’opinion publique française.

Les plus hautes instances politiques ont été alertées (présidence de la République, ministère des affaires étrangères, secrétariat d’Etat aux droits de l’homme) et, de fait, la situation de Salah Hamouri était suivie, à la fois, sur le terrain, en Israël, par les autorités consulaires et à Paris par les autorités politiques.

Depuis, il a donc été condamné et purge normalement sa peine, qui devrait, en principe, prendre en considération la durée de sa détention préventive (3 ans).

C’est sans doute, l’ampleur prise par le mouvement d’opinion publique en vue d’obtenir la libération de Guilad Shalit, qui a enhardi les défenseurs de la mauvaise cause de Salah Hamouri, qui, lui, n’a cessé d’être en contact avec sa famille et ses amis, alors qu’on ignore toujours quel est le sort exact du malheureux Guilad Shalit, maintenu en isolement depuis plus de 2 ans.

L’AFPS a lancé, sur son site, une pétition et au cours du point de presse tenu mercredi au Quai d’Orsay on a appris que la déléguée générale de la « Palestine » à Paris a effectué une démarche auprès de sénateurs français.

C’est d’ailleurs ce qui explique, sans doute, qu’un communiqué a été diffusé, mardi, par le Quai d’Orsay, rappelant « l’implication de la France dans cette affaire, de façon constante au niveau politique notamment de Bernard Kouchner et de Rama Yade, diplomatique et consulaire »

Au cours de ce point de presse, on a également appris que « le président de la République a évoqué le cas de M. Hammouri lors de sa visite en Israël » et que « Bernard Kouchner a demandé qu’il y ait un geste de clémence à l’égard de M. Hammouri ».

Rappelons qu’en revanche, s’agissant de Guilad Shalit, ses ravisseurs, ou plutôt ses commanditaires du Hamas, en sont toujours à marchander sa libération contre celle de plus d’un millier de Palestiniens, loin d’être des innocents.

Les lecteurs du Monde (daté du 22 octobre) ont pu apprécier l’argumentation que l’avocate israélienne de Salah Hamouri, Léa Tsemel, avait développée devant le tribunal israélien, selon laquelle, il s’agissait d’une « bravade » et que « rien ne prouve » que « le jeune homme » « avait l’intention de passer à l’acte ».

Voyons donc, c’est évident : Ovadia Yossef est toujours en vie……

Toujours est-il que Salah Hamouri avait plaidé coupable.

A la critique faite au gouvernement français, « qui se mobilise plutôt pour le soldat Shalit que pour M. Hammouri », le diplomate français a répondu : « Nous sommes mobilisés pour M. Shalit comme nous le sommes également pour M. Hammouri sans faire de comparaison entre les deux situations. Les uns et les autres disent eux-mêmes qu’il s’agit de situations différentes ».

Pour une fois, effectivement, nous sommes d’accord avec cette façon de voir les choses. Ce n’est pas parce que dans les deux cas il s’agit de bi-nationaux que les deux intéressés sont dignes du même intérêt.

L’un – un civil - a été condamné, en bonne et due forme, pour une tentative d’assassinat et l’autre est un militaire d’une armée régulière, kidnappé par des terroristes et maintenu à l’isolement depuis plus de deux ans.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette