Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Olmert doit de nouveau être entendu par la police

Olmert doit de nouveau être entendu par la police

Le Flash info du Jerusalem Post édition française

mardi 8 juillet 2008
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Le Premier ministre Ehoud Olmert doit être interrogé vendredi au sujet de l’affaire Talansky pour la troisième fois depuis le début de l’enquête. L’interrogatoire sera conduit par des enquêteurs de la Brigade nationale des fraudes, à la résidence officielle d’Olmert à Jérusalem.

Le financier américain Morris Talansky, qui doit revenir en Israël dans les prochains jours, sera soumis à un contre-interrogatoire, par les avocats du Premier ministre.

Une équipe spéciale de la police israélienne s’est récemment rendue aux Etats-Unis pour rassembler des preuves.

Olmert est soupçonné d’avoir reçu illégalement d’importantes sommes d’argent, avant de devenir Premier ministre.

Dans son premier témoignage, qui a duré près de 7 heures en mai dernier, Talansky affirmait avoir remis à Olmert des enveloppes contenant des centaines de milliers de dollars, ainsi que des cartes de crédit et des billets d’avions. Les autorités judiciaires ont statué sur le fait que cela constituait bien un pot-de-vin.

Les avocats d’Olmert ont affirmé que le contre-interrogatoire de l’homme d’affaires devrait permettre de discréditer son précédent témoignage.

La police critiquée sur la gestion de l’attaque du mercredi 2 juillet

La police de Jérusalem rejette les critiques faites à son encontre lundi, qui accusaient ses responsables de n’avoir pas su gérer convenablement l’attaque de mercredi dernier dans la capitale.

Certaines critiques violentes sur le comportement de la police pendant l’incident ont été entendues durant la réunion de la commission des affaires intérieures de la Knesset.

A cette occasion, Avraham Kol Touv, un proche de Batsheva Unterman tuée lors de l’attaque, a déclaré que les officiers de police fortement craint que des démarches judiciaires soient entreprises contre eux, dans le cas où ils auraient ouvert le feu sur le terroriste.

Mais la police de Jérusalem rejette catégoriquement ces accusations, se déclarant « très satisfaite » de la manière dont ses officiers ont réagi.

« Nous compatissons avec les familles des victimes », a annoncé le porte-parole de la police. "[Mais] lorsque le policier est monté sur le bulldozer, il a constaté que le chauffeur n’avait plus de pouls. Il a ajouté qu’il ne se serait pas réveillé si il n’avait pas reçu de pierre jetée par un civil.

Pendant l’attaque, l’agent de police Elinor Nahoum a tiré à plusieurs reprises sur le chauffeur, le touchant à la tête. Le terroriste a perdu conscience et le coéquipier de Nahoum, Shadi Daoud, est monté sur le tracteur. C’est à ce moment qu’un passant a lancé une pierre à l’intérieur du véhicule, faisant réagir Dwayat.

L’assaillant était alors allongé sur le dos et saignait. « Ce qui l’a réveillé, c’est la pierre jetée et nous rejetons catégoriquement les critiques affirmant que les policiers ont eu peur d’agir », précise le porte-parole.

Débat à la Knesset sur la démolition des maisons des terroristes

Moins d’une semaine après l’attaque au bulldozer sur la rue Jaffa à Jérusalem, au cours d’une commission de la Knesset riche en émotion, ont été abordés les sujets de la démolition de maisons, de la performance de la police et de la remise de permis aux opérateurs de machines lourdes.

En réponse à une demande du président de la commission Ophir Paz-Pines de clarifier la politique actuelle des démolitions punitives, le conseiller du procureur de l’Etat Shaï Nitzan a expliqué que d’après la loi, il était permis de détruire la maison d’un terroriste et que cette décision dépendait, dans le cas de Jérusalem, du feu vert des instances militaires.

Les députés Yohanan Plessner (Kadima), Esterina Tartman et Itzhak Aharonovich (Israël Beiteinou), ainsi qu’Haïm Amsalem (Shas) se sont déclarés en faveur de la destruction de maisons. Le député Yossi Beilin (Meretz) a pour sa part déclaré que s’il était prouvé que cette mesure était un outil efficace contre le terrorisme, il ne s’y opposerait pas.

« Nous devons faire la différence entre les outils utilisés contre les terroristes et les punitions collectives contre les innocents », a déclaré le député Paz-Pines.

Concernant l’histoire personnelle du terroriste Dwayat, Paz-Pines a également demandé comment un homme qui avait un casier judiciaire - incluant des attaques et des affaires de drogue - pouvait avoir été employé pour manipuler de telles machines potentiellement dangereuses. Il a promis qu’une des leçons de l’attaque serait de donner le droit à un employeur d’exiger le casier judiciaire d’un employé avant de l’embaucher.

Israël ferme ses points de passage avec la bande de Gaza

L’armée israélienne a fermé mardi tous les points de passage de marchandises avec la bande de Gaza. Cette fermeture répond au tir de roquettes sur le sud de l’Etat hébreu qui viole une nouvelle fois la trêve en vigueur entre Israël et le Hamas depuis le 19 juin.

Un obus de mortier a été tiré lundi près du point de passage de Karni sans faire de victime.

Israël observe une politique de tolérance zéro vis-à-vis de toute violation du cessez-le-feu conclu le 19 juin avec le Hamas. Depuis que le cessez- le-feu a pris effet, les points de passage entre Israël et la bande de Gaza ont été fermés pendant 5 jours en raison d’attaques à la roquette et au mortier.

La disparition de Ron Arad toujours aussi mystérieuse

Le ministère de la Défense n’a pas grand espoir d’obtenir des informations décisives sur le sort du pilote israélien Ron Arad dans un rapport du Hezbollah attendu dans le courant de la semaine. Le mystère concernant sa disparition restera entier.

Selon un ancien dirigeant du Mossad Ram Igra, « le rapport du Hezbollah va simplement valider la thèse partagée par tous depuis des années : Arad s’est échappé durant l’opération Maydum en 1988. Depuis, nous avons perdu sa trace. »

Une autre théorie évoque un enlèvement orchestré par les Gardiens de la Révolution iranienne.

Selon des sources au sein de Tsahal, les échanges de prisonniers entre Israël et le Hezbollah auront lieu dans le courant de la semaine prochaine, après le 12 juillet, soit deux ans après le début de la seconde guerre du Liban.

Dans un premier temps, Israël et le Hezbollah vont s’échanger les dépouilles de leurs combattants respectifs. La seconde étape concerne la restitution d’Eldad Réguev et Ehoud Goldwasser en contrepartie de celle de Samir Kuntar condamné pour meurtre en Israël et de quatre autres combattants du Hezbollah faits prisonniers durant la guerre de 2006.

Le gouvernement a approuvé dimanche dernier l’échange de prisonniers durant une session marathon mais décidera des suites à donner aux négociations après la remise du rapport sur le sort d’Arad.

Plus de visas pour les touristes russes

Le ministère du Tourisme a annoncé mardi que les touristes russes n’auraient plus besoin de visas pour visiter Israël.

Suite à un accord signé récemment entre les deux pays et ratifié par la Knesset, les touristes russes pourront se rendre en Israël sans avoir à faire une demande de visa à partir du mois d’octobre prochain.

« L’arrivée de milliers de nouveaux touristes en Israël dans les années à venir permettra de créer des milliers de nouveaux postes dans l’industrie du Tourisme et d’apporter des millions de shekels à l’économie israélienne », a affirmé Shaoul Tzemach, le directeur général du ministère du Tourisme dans un communiqué publié ce mardi.

Une augmentation de plus de 130 % du nombre de touristes russes avait été enregistrée en 2007 par rapport à l’année précédente pour un chiffre total annuel de 193 000 personnes.

Le potentiel de touristes russes qui pourrait venir en Israël est évalué à plus de 140 millions de personnes, notamment grâce au boom économique de ces dernières années en Russie.

L’Italie médiateur de négociations israélo-libanaises

Le ministre des Affaires étrangères italien, Franco Frattini, arrivé mardi en Israël, a affirmé que son pays pourrait servir d’intermédiaire dans d’éventuelles négociations entre le Liban et Israël.

Le président de l’Etat, Shimon Peres, à qui le chef de la diplomatie italienne s’est confié, a accueilli cette annonce avec satisfaction, affirmant qu’"Israël avait toujours tendu la main à ceux qui souhaitaient la paix ». Il a cependant ajouté que le succès d’éventuelles négociations nécessitait un « Liban indépendant, qui ne serait pas soumis aux influences étrangères. »

Frattini a affirmé qu’il transmettrait lui-même les paroles de bonne volonté du président israélien à Fouad Siniora, une fois que le gouvernement libanais serait entièrement formé.

Frattini et Peres ont également évoqué le processus de paix avec les Palestiniens lors de leur rencontre. Le ministre des Affaires étrangères italien a déclaré que Mahmoud Abbas devait se rendre en Italie dans la semaine à venir afin d’attirer les investissements italiens dans les Territoires palestiniens. Cette visite constitue un nouvel effort de l’Italie pour promouvoir la paix dans la région, par le biais des relations économiques.

Les discussions doivent également porter sur le dossier iranien, dans la mesure où l’Italie est le premier partenaire commercial de l’Iran. La veille de la visite de Frattini, l’Italie a annoncé l’installation d’une usine d’assemblage de voitures FIAT à Téhéran.

Le ministre des Affaires étrangères a également rencontré le Premier ministre Ehoud Olmert pour évoquer les problèmes dans la région.

AUTORITE PALESTINIENNE

La voiture du ministre palestinien de la Justice victime d’une explosion à Ramallah

Le ministre palestinien de la Justice a annoncé mardi qu’une explosion s’est produite sous sa voiture alors qu’il démarrait son véhicule.

Ahmed Moghanni a précisé qu’il n’avait pas été blessé dans cette déflagration qui s’est produite à l’arrière du véhicule, au niveau du réservoir, devant son domicile de Ramallah en Judée-Samarie. Il a ajouté que la voiture avait été fortement endommagée.

Un responsable de la police palestinienne de Judée-Samarie a déclaré avoir reçu un dépôt de plainte du ministre et a ouvert une enquête sur cet incident.

Explosion dans un camp d’entraînement du Hamas à Gaza

Deux Palestiniens ont été tués dans une explosion qui s’est produite tôt mardi dans un camp d’entraînement du Hamas dans le sud de la bande Gaza, a rapporté un responsable palestinien de la santé.

Le Dr Moawiya Hassanain a précisé que deux autres personnes ont été blessées dans cette déflagration dont l’origine était encore indéterminée.

Aucun responsable du Hamas n’était disponible dans l’immédiat pour s’exprimer sur cette explosion.

MOYEN-ORIENT

Enquête israélo-égyptienne sur la mort d’un officier égyptien

Israël et l’Egypte ont entamé une coopération militaire pour déterminer les causes de la mort d’un officier égyptien à la frontière entre les deux pays.

L’officier égyptien a été tué lundi durant une chasse à l’homme le long de la frontière, alors qu’il tentait d’arrêter des trafiquants bédouins.

Des soldats égyptiens auraient apparemment traversé la frontière par mégarde et seraient entrés en territoire israélien. Les militaires de Tsahal ont affirmé avoir été visés par des tirs égyptiens et ont riposté, tuant un garde-frontière égyptien.

En juin 2006, deux officiers de l’armée égyptienne avaient été tués au même endroit par des tirs de Tsahal alors qu’ils avaient franchi la frontière et ouvert le feu sur les soldats israéliens.

Assad mise sur le prochain président américain... et sur la France

Le président syrien Bashar el-Assad compte sur le prochain président américain pour faire avancer la paix, mais également sur l’Europe - et notamment sur la France - pour accroire son influence internationale, selon une interview publiée lundi par Le Figaro.

Assad a ajouté que sa visite prévue ce week-end à Paris serait « historique » parce qu’elle « ouvre une grande porte [à la Syrie] sur la scène internationale », d’après l’entretien réalisé pour le quotidien français.

Aussi, il n’a pas répondu par la négative à une rencontre qui doit avoir lieu avec le Premier ministre Ehoud Olmert durant sa visite, bien qu’il ne s’y engage pas non plus, d’après le journal français.

Les deux hommes seront à Paris avec une quarantaine d’autres chefs d’Etat pour lancer le projet de l’Union de la Méditerranée, à l’initiative de la France qui préside actuellement l’Union européenne. L’espoir sous-jacent demeure celui que cette réunion mène à des pourparlers entre Assad et Olmert.

Sur Israël, Assad a déclaré que « les deux parties testent leurs intentions ». « Il faut maintenant trouver une base commune pour entamer des négociations directes ; dès que cette base sera prête, nous pourrons engager ces discussions directes avec Israël », a déclaré Assad dans Le Figaro.

Il a souligné le besoin de soutenir les pourparlers. « Bien sûr, le rôle des Etats-Unis est essentiel, mais celui de l’Europe est complémentaire. Et quand nous parlons de l’influence politique de l’Europe, la France est en tête », a-t-il ajouté.

L’administration du président américain George W. Bush n’a « ni la volonté, ni la vision » pour faire avancer la paix et son temps se tarit, a poursuivi Assad. « Nous misons sur le prochain président américain et son administration. »

Interrogé sur le rôle de la France dans des pourparlers syro-israéliens directs, Assad a répondu qu’il en saurait plus après sa rencontre avec le président français Nicolas Sarkozy prévue 12 juillet samedi, à la veille du lancement de l’Union méditerranéenne. Si Sarkozy confirme son enthousiasme d’y jouer un rôle, Assad a dit : « je l’inviterai aussitôt à soutenir directement ce processus de paix. Bien sûr, je parle ici de négociations directes ».

INTERNATIONAL

Des Israéliens poursuivent les banques qui financent le terrorisme

Un groupe d’Israéliens qui ont été blessés ou ont perdu des proches lors de la 2e guerre du Liban poursuit en justice cinq banques libanaises qui auraient financé le Hezbollah à partir des Etats-Unis.

La plainte a été déposée jeudi 3 juillet dans une cour fédérale de New York contre la Fransabank, la Banque commerciale du Liban, la banque de Beyrouth, la Banque Libano-Française et la MEAB (la banque d’Afrique et du Moyen-Orient).

Ces banques sont accusées d’avoir transgressé les lois internationales en livrant des services financiers au Hezbollah et à son organisme de récolte de fonds, l’Organisation de soutien à la résistance islamique.

Les familles accusent ces banques de conserver les comptes en dollars aux Etats-Unis par lesquels le Hezbollah a reçu ses financements par le biais de mandats télégraphiques acheminés de New York.

Les plaignants soutiennent que chaque banque a aidé le Hezbollah dans sa campagne de terreur et de violence dirigée contre l’Etat d’Israël et le peuple juif en fournissant des services à une organisation terroriste se livrant à des crimes contre l’humanité et à d’autres violations évidentes de la loi internationale.

La somme des dommages, qui reste à déterminer par la cour, est estimée à 100 millions de dollars.

Le procès est destiné à « limiter le flux d’argent » livré aux organisations terroristes par le système bancaire international, a déclaré Oren Gutterman, l’un des deux avocats représentants 50 Israéliens.

« Notre but est de dissuader des banques commerciales de fournir leur aide aux terroristes. Les banques doivent comprendre que le prix d’une telle activité sera très élevé », a-t-il ajouté.


Les Juifs américains de plus en plus tentés par l’Aliya.

L’économie israélienne est en bonne santé tandis que les Etats-Unis font face à une importance récession économique. Dans ce contexte, les représentants de l’Agence juive prévoient une nouvelle vague d’immigration venant d’Amérique du Nord.

« Je pense que la communauté orthodoxe commence à réaliser l’importance de l’Aliya surtout à un moment où la situation financière [aux Etats-Unis] se détériore », affirme Akiva Werber, un membre haut placé du centre pour l’Aliya.

Plus de 900 nouveaux « olim » - immigrants vers Israël - originaires de New York, du New Jersey et du Connecticut sont attendus cet été. Le nombre de « olim » précise Akiva Werber « a augmenté, mais n’a pas atteint le nombre que nous avions espéré. Nous pensons tous que l’Aliya est une chose essentielle, mais la peur de l’inconnu reste très présente pour certains. Si nous travaillons tous ensemble, je suis certain que nous pouvons faire d’énormes progrès. »

Entre 3 000 et 3 200 nouveaux immigrants originaires d’Amérique du Nord sont attendus pour la fin de l’année. Parmi ceux qui se lancent dans le voyage, nombreux sont des chefs de communauté qui influenceront peut-être d’autres personnes à faire leur Aliya, espère le directeur des relations publiques et du marketing pour l’Agence juive aux Etats-Unis.

« De nombreuses personnes viennent en Israël parce que vivre une vie juive en Amérique coûte très cher », explique Paula Edelstein, une responsable de l’Agence juive. Tout le monde peut donner une éducation juive à ses enfants en Israël, sans avoir à débourser 10 000 dollars, ajoute-t-elle.

« Les nouveaux immigrants sont jeunes, ils ont été charmés lors du Taglit [voyage découverte en Israël]. Ils veulent vivre ici. Ils le voient comme un défi et veulent contribuer à la formation de la société israélienne », affirme Edelstein.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette