Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Se défiler après Drakkar : 14 juillet 2008 vs 23 octobre 1983

Se défiler après Drakkar : 14 juillet 2008 vs 23 octobre 1983

J Ph Katz

jeudi 12 juin 2008
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Si des paras survivants du Drakkar défilent le 14 juillet prochain, ils risquent d’en avoir gros sur la patate (information du Figaro du 12 juin). Pensez que Bachar Al Assad, digne successeur de son père, représente le camp des organisateurs de l’attentat qui a coûté la vie à 58 soldats français à BeyroutH ;

Non seulement le régime syrien parvient à faire oublier le meurtre d’Hariri, mais il s’apprête à saluer les parachutistes visés par ses milices affidées.
Pire, ce pays rétablit habilement les liens avec Israël, juste ce qu’il faut pour laissez accroire, avec soi-disant la restitution du Golan comme objectif final. Croit-on vraiment qu’avec le Golan la Syrie imitera l’Egypte, avec échange de touristes et d’ambassadeurs (à ce propos, ayons une pensée amère pour la famille Delamarre, assassiné lui aussi à Beyrouth) ?

Peut-on sérieusement croire que ce régime, avec son Golan tout neuf, cessera d’accueillir des terroristes d’Al Qaïda et consorts, de soutenir le Hezbollah (lui-même en conflit avec Israël), d’aller chercher ordres et subsides à Téhéran ?

La vérité c’est que l’Orient compliqué blouse en permanence l’Occident aux idées simples. Les grandes manœuvres diplomatiques en cours, dont une large partie nous est inconnue, continuent de miser sur les régimes en place, surtout après l’échec irakien.

Or, Sadate n’a subi la pression de personne pour venir à Jérusalem, tout comme le défunt Roi Hussein. Ces hommes, qui n’ont jamais trempé dans le terrorisme aveugle, ont été capables de changer d’orientation politique et de s’y tenir (et d’en mourir).
Permettre au baasistes syriens de survivre est une grande faute politique, d’abord parce que la notion de justice n’a plus cours, ensuite parce l’occident sera piégé.
S’il suffit de faire sauter la voiture d’un Hariri et de simuler des négociations avec un gouvernement israélien en sursis pour sauver son régime, l’avenir est sombre.

Hélas, il semble que le président Sarkozy ait choisi le donnant-donnant dans sa politique étrangère au Proche Orient. « Donnez-moi les infirmières, je vous donne le nucléaire », « donnez-moi un président libanais, je vous donne le 14 juillet, sans parler des fonds européens dans le cadre de l’UPM ».

Le président actuel est plus direct, certes, moins sentimental (on se souvient que Chirac était un ami de Saddam), mais est-il plus efficace ?

Les pays de la méditerranée seront-ils « changés » par cette union ou gagneront-ils au « change » ? Le gouvernement d’Alger acceptera-t-il, par exemple, que les chrétiens obtiennent le droit de se rassembler à plus de 2 dans un appartement ? Combien de chaises devront séparer le représentant israélien du libyen ?

Espérons que ce prochain 14 juillet, l’événement soit le souvenir du Drakkar, pas les congratulations de ses auteurs...


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette