Bandeau
DESINFOS.COM
Slogan du site

Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit
pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël

Le gouvernement britannique dnonce le boycott
Claire Dana Picard | Arouts 7
Article mis en ligne le 10 juin 2007

Le gouvernement britannique semble trs gn par la dcision d’un groupe de professeurs d’universit de son pays, l’UCU, qui a dcrt le boycott contre toutes les institutions universitaires israliennes. Aprs la condamnation du Premier ministre Tony Blair, c’est au tour du ministre britannique de l’Enseignement suprieur, Bill Rammell, de faire part de son indignation et de dsavouer ces prises de position. Pour couter ce sujet notre entretien avec le docteur Ovadia Sofer, ancien ambassadeur d’Isral en France, cliquer ici.

Ce dernier, considérant que l’affaire était sérieuse, a décidé d’effectuer une brève visite en Israël pour s’exprimer clairement sur la question. Reçu ce dimanche matin par son homologue israélienne, Youli Tamir, à l’Université Hébraïque de Jérusalem, il a tenu une conférence en compagnie de cette dernière à l’issue de leurs entretiens.

M. Bill Rammel, déplorant cette décision qu’il a qualifiée de grave, a estimé que ceux qui l’avaient prise avaient commis une erreur. Il a ajouté qu’il fallait au contraire "instaurer un dialogue qui pourrait peut-être mener à la paix". Adressant un message "très clair" du gouvernement britannique, il a souligné que les autorités de son pays dénonçaient le boycott contre les professeurs des institutions universitaires israéliennes.

Il a encore affirmé : "Nous respectons la liberté universitaire et nous nous opposons au boycott, certaines questions nous préoccupent et je suis convaincu, en tant qu’ami d’Israël et des Palestiniens, que nous devons inciter les deux camps à s’engager dans la voie du processus de paix". Il a poursuivi : "Les universités britanniques encouragent les activités des Israéliens et des Palestiniens et nous voulons attirer les étudiants israéliens dans nos campus, nous souhaitons maintenir une coopération qui doit être soutenue par le monde universitaire du monde entier".

La ministre de l’Education Youli Tamir, se voulant apaisante, a indiqué dans son intervention qu’elle avait débattu avec son homologue d’une série de projets communs afin de prouver l’illégitimité de ces mesures discriminatoires. Elle a ajouté que l’Etat d’Israël condamnait avec véhémence tout acte utilisant le boycott en tant qu’expression d’une opinion politique et niant la liberté d’expression universitaire. Elle a ensuite "remercié le gouvernement britannique pour ses prises de position sans équivoque concernant le boycott", ajoutant que "les deux pays œuvreraient de concert pour écarter toute menace similaire et pour élargir leur coopération".



Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.6.0
Hébergeur : OVH